Christine est une artiste, une créative, une jeune femme qui fourmille d’idées et de projets, et je suis intimement convaincue que c’est pour cela que nos chemins se sont croisés. Après une première formation de professeure de yoga en Vinyasa auprès de Clothilde Swartley et Patrick Frapeau, c’est suite à des soucis de santé qu’elle décide de s’écouter davantage et de s’orienter vers un yoga qui lui correspond naturellement :  ce sera le Yin yoga avec une formation auprès de Cécile Roubaud et Valentina Carlier, suivie d’une autre en Restorative yoga auprès de Lizzie Lasater. Le yoga comme thérapie est un sujet qui la touche beaucoup, et c’est pourquoi j’ai pensé qu’elle avait toute sa place sur Merci Yoga.

Photo by Jared Rice on Unsplash

Bonjour Christine ! Qui es-tu ? Le yoga et toi, vous vous êtes rencontrés comment ?

Bonjour je m’appelle Christine, je suis professeure de yoga en éternelle formation et ravie de l’être. Après des années à 100 à l’heure (je suis maman de 2 enfants) j’ai ressenti le besoin de trouver une activité pour moi seule, qui me permettrait de me poser, de prendre du temps et le yoga s’est imposé comme une évidence même si le coup-de-foudre n’a pas été immédiat loin de là …

Quel est ton plus beau souvenir lié au yoga ?

Un cours avec Laura (du blog Oh my Buddha, devenu Tales of the Sea), qui est désormais partie vivre à Bali, pris le jour du solstice d’été il y a 2 ans. Son yoga est doux, puissant comme j’aime, et à la fin du cours au moment de Savasana je me suis sentie tellement, bien, apaisée que je reste convaincue que ce jour-là j’ai eu accès à mon chakra du cœur (Anahata Chakra) !

À quoi ressemble ta pratique (types de yoga, ou et quand tu pratiques, etc.) ?

J’ai une pratique qui me ressemble, très régulière et très douce : Régulière car je pratique chaque matin, plutôt 15 minutes qu’une heure car c’est important pour moi de pratiquer chaque jour et que je n’ai pas forcément le temps de faire une série complète. Douce parce que malgré l’adage qui dit qu’il faut pratiquer les postures qu’on évite ma pratique personnelle comprend beaucoup de postures au sol, de Yin et de Restorative. Quand j’ai envie de sortir de ma zone de confort, et ça arrive assez régulièrement, je file prendre un cours avec un autre professeur. Ce qui est magique avec le yoga, c’est que chaque professeur a sa propre façon d’enseigner, enrichie au fur et mesure de ses apprentissages et de ses découvertes. Récemment j’ai pris quelques cours de Hatha yoga avec Anna (La Classe Sauvage), un vrai bonbon, j’ai adoré !

Qu’est-ce qui t’a donné envie de transmettre le yoga à ton tour, en tant que professeure ?

Au début j’avais un doute quant à ma capacité à devenir professeure car je suis d’un naturel plutôt réservé, mais lorsque je me suis rendue compte des bienfaits que le yoga avait apporté dans ma vie je me suis dit que ce serait dommage de ne pas partager ça avec d’autres. Quand j’ai donné mon premier cours, l’évidence était là, ce fameux moment où l’on se dit qu’on est au bon endroit au bon moment.

Quelles formations as-tu suivies, et quelles sont celles qui te font (peut-être) rêver ?

Pour le moment j’en suis déjà à mon troisième teacher training (Vinyasa, Yin, Restorative) Ils suivent mon évolution personnelle, j’essaye vraiment d’être à l’écoute de mon corps et de ses besoins, d’autant plus que j’ai eu des soucis de santé ces dernières années qui m’ont d’autant plus poussés à tendre l’oreille aux signaux que pouvait m’envoyer mon corps. Actuellement je suis intéressée par une formation en yoga prénatal, étant moi-même maman je suis consciente de cette étape primordiale dans la vie des femmes. Petit à petit le chemin de mon enseignement se dessine vers une écoute attentive et bienveillante du corps des femmes tout à long de leur vies, savoir s’accorder du temps n’est pas toujours évident et rien de mieux, je trouve, qu’un cours de yoga pour pallier à ce manque.

Photo by Suhyeon Choi on Unsplash

Penses-tu que les professeur.e.s de yoga de nos jours sont suffisamment sensibilisé.es et formé.e.s aux publics spécifiques ?

Il y a des professeurs formidables, j’en ai rencontrés notamment lors de mes formations. Mais ce type de prise en charge n’est pas celle qui est la plus médiatisée, notamment sur les réseaux sociaux. J’ai l’envie de changer cela car on peut être malade ou porteur d’un handicap et avoir envie, notamment au moment de sa pratique, que ce soit dans l’air du temps, fluide et sans prise de tête.

Quelle est ta posture de yoga préférée et pourquoi ? (ou un pranayama, un Yoga-Sutra, un mantra, … ce que tu veux !)

Le papillon : en Yin on renomme toutes les postures pour que les élèves se déconditionnent quand ils arrivent pour la pratique. Je pourrais y rester des heures bien calée avec une brique, une couverture et un bolster quand je veux davantage ouvrir le cœur.

Une belle rencontre grâce au yoga ?

La plupart des rencontres que j’ai faites grâce au yoga ont été bonnes, les gens qui pratiquent le yoga sont souvent assez cool, et même celles qui ne l’ont pas été ne m’ont pas longtemps éloignée de cette voie qui est définitivement la mienne.

Le mot de la fin : pour quelles raisons aimerais-tu dire « Merci yoga » ?

Merci yoga car je suis plus sereine maintenant que je ne l’ai jamais été, Merci yoga pour cet apprentissage permanent qui me fait tellement de bien, merci yoga pour les belles personnes croisées sur le chemin et merci d’avance pour les belles années à venir !

Et Merci à toi Christine pour tes mots et ton parcours si inspirant ! 

Retrouvez Christine sur Instagram et Twitter.

Commentaires Facebook

2 thoughts on “Christine, engagée à transmettre « un yoga à l’écoute du corps des femmes »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *