6h59, un matin au mois d’août.

En silence, je prends une grande inspiration et réalise la chance que l’on a d’être ici. Les 25 yogis que nous sommes assis face à un grand Homme, dont la richesse de l’âme semble infinie. Ajit Sarkar.

Certains gardent les yeux grands ouverts face à la vue sur les montagnes environnantes. D’autres, yeux fermés, profitent tout autant de l’énergie de ce lieu. Nous sommes réunis pour notre formation de professeur de yoga avec l’école Shanti Paris, dans le Hameau de l’Étoile, un presque-village dans les hauteurs au nord de Montpellier.

Ce jour-là, Ajit Sarkar nous donnait le premier du cours de la journée. Ajit est de ceux qui vous touchent au plus profond de votre âme, rien qu’en les observant. Selvi Sarkar, sa femme, fait également partie de ceux-là. Tous deux originaires de Pondichéry, ils ont grandi dans l’ashram de Sri Aurobindo, puis ont ouvert l’école de yoga Soleil d’Or à Paris dans les années 1970, et ont amené de nombreux élèves sur le chemin de l’enseignement.

Ajit et SelviSarkar

Ils transmettent avec merveille un yoga « intégral » dont la finalité est de trouver la « joie en toute chose« . Selvi, avec sa longue chevelure brune, sa grâce naturelle, et son sourire immense, incarne la bonté et la gentillesse à elle-seule. Mais ne vous y méprenez pas, ses cours de yoga peuvent être d’une intensité et d’une puissance inattendue ! Tous deux souhaitaient s’impliquer caritativement depuis des années pour aider les enfants pauvres en Inde. C’est désormais chose faite avec la création en 2006 de leur association Vellai Thamarai. Un soir, après le repas, dans la fraîcheur de la salle de yoga, ils nous ont raconté l’histoire de leur association. Et elle est tellement belle que j’ai souhaité vous la partager…

Imaginez, un village de 9000 habitants dans lequel les enfants n’ont pas accès à l’école. L’école, cette institution, cette routine de nos matins, si évidente pour beaucoup d’entre nous, n’est là-bas tout simplement pas accessible. Dans le village de Chinnakattupalayam, la majorité des familles ne peuvent pas scolariser leurs enfants, faute de moyens. Et les écoles publiques, gratuites, sont pleine à craquer (classes de 60 à 80 élèves). Selon Ajit et Selvi Sarkar, ces enfants, en plus de ne pas pouvoir manger à leur faim, sont voués à un avenir sombre (délinquance, misère…). Ils n’ont aucun suivi de santé et sont les témoins impuissants de leur injustice lorsqu’ils voient que leurs voisins plus aisés ont des privilèges qu’eux n’ont pas, comme celui de bénéficier d’une éducation scolaire.

Face à cette injustice, Ajit et Selvi Sarkar n’ont pas pu rester inactifs. Ils ont réuni toutes leurs économies, leur énergie, leur bonté, et ont fait construire l‘école gratuite dont tous les enfants du monde pourraient rêver.

Dès 2006, le chantier démarre. Avec ses grandes voûtes, l’école est somptueuse, tel que vous pouvez le voir en photo.

Une école comme on rêvait tous étant petit

Avec une tendre ironie, Ajit Sarkar précise bien que les grands « trous » dans les murs « c’est beau et ça coûte moins cher !« . L’école est bâtie sur un terrain fertile, ce qui a permis de mener des projets agricoles à ses débuts. Le bâtiment comprend également une grande cour de récréation, plusieurs salles de classe, et un réfectoire.

Chinnakattupalayam, c’est là !

 

Un projet pédagogique innovant

L’école Vellai Thamarai de Chinnakattupalayam accueille 11 classes de 20 élèves maximum, de la maternelle à la 3ème (à parité filles-garçons !). 14 enseignants encadrent les cours d’anglais, mathématiques, sciences ou encore français.

Dans cette école, chaque activité intellectuelle ne dure pas plus de 2 heures d’affilée, afin de reposer l’esprit des enfants en pratiquant des activités physiques (yoga, jeux extérieurs…), ou encore des parties d’échec. Les repas sont tous préparés sur place, permettant ainsi d’employer de nombreuses personnes au village.

Pour Ajit et Selvi Sarkar, le critère ultime, c’est le bonheur des enfants manifesté à l’Ecole : « un enfant heureux est un élève détendu ; détendu, il sera capable de concentration ; concentré, il apprendra ; apprendre satisfait le besoin fondamental de connaître ; satisfait dans ses besoins, l’enfant est heureux ». Source : site web de Vellai Thamarai

L’école a permis de scolariser près d’un millier d’enfants entre 2008 et 2017. Les bénéfices : un accès à l’éducation, et ainsi aux études supérieures ou à un métier leur permettant de sortir de la pauvreté. D’ailleurs, Ajit et Selvi sont formels : depuis la création de l’école, il suffit de se promener dans le village pour constater que les maisons sont plus solides, reconstruites avec des matériaux de meilleure qualité.

Par ailleurs, l’école n’oublie pas non plus les parents, et propose des classes d’alphabétisation ou encore des formations.

La santé des enfants au coeur du projet

L’école prend en charge le repas du midi et le goûter des enfants, le tout « fait maison » dans les cuisines de l’école. Les repas sont équilibrés, « à base de riz, légumes frais, lait ou yaourt, et fruits : une partie provient des cultures rizicoles et de maraîchage autour de l’École« .

L’école fait intervenir une infirmière employée à plein temps, et une visite médicale annuelle est organisée afin de s’assurer de la bonne santé des élèves et de leur prodiguer les éventuels soins et vaccins nécessaires.

Une école engagée pour l’environnement

Au sein de l’école, tout un programme culturel et festif est mis en place sur des thématiques telles que le réchauffement climatique ou encore la protection des animaux en voie de disparition. Les élèves travaillent alors à la réalisation d’oeuvres artistiques ou de sensibilisation. Elles sont ensuite exposées dans l’école et les enfants reçoivent la visite de camarades des écoles voisines, qui viennent admirer leur travail. Une belle reconnaissance pour cette école de la vie !

Mais ce n’est pas tout :

L’école est alimentée en intégralité en énergie solaire grâce à des panneaux photovoltaïques. Les terrains autour de l’école sont cultivés de façon organique (biologique) afin de fournir les repas en riz et légumes de saison.
Enfin, l’eau est puisée sous l’école, filtrée et purifiée pour les besoins alimentaires de la cantine.

Est-ce que nos écoles en France peuvent en dire autant ? 🙂

 

 

Le yoga, un pilier essentiel pour l’école !

La pédagogie et l’esprit de Vellai Thamarai trouvent leur inspiration dans le yoga et dans l’éducation reçue par Ajit et Selvi Sarkar au sein de l’ashram de Sri Aurobindo. Au sein de l’école, le yoga fait partie intégrante du programme, au même titre que les mathématiques ou l’anglais.

Par ailleurs, une école de yoga a été créée à Pondichéry par Ajit Sarkar, dont les bénéfices des stages (yoga ou massage ayurvédique) sont intégralement reversés au projet de l’école.

Par la suite, l’école souhaiterait s’agrandir afin d’accueillir plus d’enfants et développer de nouveaux projets, avec des grands adolescents ou adultes. Chaque année, ce sont 20 nouveaux élèves qui entrent à l’école, mais pour Ajit et Selvi, c’est encore trop peu.

L’association est soutenue par des entreprises ou institutions françaises mécènes, telles que la Fondation d’entreprise Air France, le Secours Populaire, ou encore Harmonie Mutuelle. Comme tout projet associatif, des fonds supplémentaires sont indispensables pour pérenniser son action : n’hésitez pas à en parler autour de vous, ou à devenir donateur !

Par ailleurs, l’association fait intervenir des professeurs de français bénévole (mission de un mois minimum) : peut-être votre prochaine destination ? 🙂

 

Commentaires Facebook

2 thoughts on “Vellai Thamarai : école gratuite, yoga & écologie pour les enfants pauvres en Inde”

  1. Quelle histoire 😍! Incredible India, encore et toujours 🙏😉
    Bon ben, je m’en vais prendre mes billets alors 😉
    (oui, ceci est un commentaire minimaliste, mais je peine à trouver les mots à la suitr de ton article, c’est l’jeu ma pôv’ Lucette 🙈😂)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *