Photo Olivia

« Changeons le regard sur le handicap grâce au Yoga », Olivia, yogini engagée

Il existe des professeurs de yoga à l’énergie contagieuse, qui déplacent des montagnes pour rendre cette pratique accessible à tous. Le yoga devient alors une véritable thérapie et s’invite à l’hôpital, dans les associations, ou encore dans des centres spécialisés pour personnes handicapées. C’est le cas d’Olivia Mulliez, une yogini passionnante et engagée dont la devise parle d’elle-même : « Il n’y a pas un yoga pour tous mais un yoga pour chacun« . De clown à l’hôpital à professeure de yoga, elle nous raconte son parcours inspirant.

Bonjour Olivia ! Le yoga et toi, comment vous êtes vous rencontrés ? Ça fait combien de temps que ça dure entre vous ?

J’ai rencontré le yoga, il y a plus de 10 ans. Je venais de terminer mon engagement au sein de l’association « les Clowns de l’Espoir », qui œuvre dans les hôpitaux. J’étais à l’époque clown dans les services Hémato-Oncologie et réanimation pédiatrique au CHR De Lille et au CHR de Valenciennes. J’ai été nommée membre du bureau et enfin formatrice de clowns à l’hôpital. Une expérience inoubliable. Cela a littéralement changé mon regard sur la vie.
J’ai fait ce métier pendant 10 ans et il était temps pour moi de tourner la page car j’ai vécu des moments très forts, et même si ce sont des moments étoilés, il était temps pour moi, d’aller vers d’autres horizons…J’avais besoin de me protéger et me reconstruire.

C’est alors qu’une amie m’a conseillée d’aller voir un professeur de yoga. A l’époque, je ne savais pas du tout ce que cela était… : de la gym, de la relaxation, je ne savais pas trop …mais mon amie insistait tellement que j’ai pris rendez-vous et là, j’ai compris tout de suite que quelque chose se passait. Tout d’abord le professeur nous a guidé dans un ensemble de postures accompagnées du Souffle. Ce Souffle de Vie que je ne connaissais pas ou peu et là soudainement, j’ai senti dans mon corps et dans mon cœur, un dénouement, l’impression que les morceaux éparpillés d’un puzzle se rassemblaient enfin, avec le corps que j’avais et le corps que j’étais… J’ai rencontré l’Union, je n’étais plus séparée mais Unie (Corps, Cœur, mental).

C’est une histoire de rencontre, d’où le nom de l’association que j’ai baptisé : Satya, une rencontre avec le yoga que j’ai créée il y maintenant 6 ans. Après avoir suivi de nombreux cours auprès de mon professeur Enzo, je me suis inscrite à l’école Française de Yoga, (Efy Lille) pour en apprendre davantage et peu à peu l’envie de transmettre est devenu comme une évidence.
Ma rencontre avec le yoga dure depuis 10 ans et ce n’est qu’un début…

Pourquoi pratiquer avec des personnes handicapées mentales ?

C’est un sujet qui me touche particulièrement…
Mon filleul s’appelle Thomas, il a aujourd’hui 25 ans.
Mon filleul est différent, mais tellement présent de par son regard pétillant de vie !
Il y a deux ans, je me suis dit : « Mais pourquoi ne pas pratiquer le yoga avec lui ? »
Je lui ai posé la question et son immense sourire a répondu à mes interrogations ☺
C’est ainsi que j’ai commencé à enseigner le yoga à Thomas et à son frère Mathieu de deux ans, son aîné dont la pathologie est similaire.

Cours de yoga au centre pour handicapés mentaux
Cours de yoga au centre pour handicapés mentaux

« Pourquoi pratiquer avec des personnes handicapées mentales ? » Et… pourquoi pas ? Ma sensibilité à l’égard des personnes fragilisées a toujours été. C’est en autre, la raison pour laquelle j’ai été clown à l’hôpital.. Cette expérience m’a profondément marquée et m’a confortée dans le souhait d’aller à la rencontre de l’autre dans sa différence. Les personnes handicapées mentales comprennent au-delà des mots… Grâce au yoga, ils réapprennent à avoir confiance en leur corps et comprennent surtout qu’ils ont un corps ! Ils sont dans le moment présent bien plus que nous tous. Et leur ouverture du cœur est immense…

Comment se déroule une séance ?

Nous commençons par parler de la météo intérieure pour poser les choses, sans que j’intervienne, juste dans l’écoute des uns et des autres.
Ensuite, je leur propose de prendre conscience de leur respiration par divers petits exercices : par exemple, poser un objet sur leur ventre pour qu’ils prennent conscience de leur abdomen qui se gonfle et se dégonfle à chaque fois qu’ils respirent… Cela peut paraître simple mais le mental est ainsi canalisé, et enfin nous pratiquons les postures que j’adapte en fonction de leur corps, de leur sensibilité, de leur état d’être du moment.
Pour cela, je leur raconte une histoire autour des postures qui ont chacune un nom bien spécifique tels que le cobra, la sauterelle, le crocodile… dans le but de capter leur attention et ainsi les aider à visualiser afin qu’ils entrent peu à peu dans un état de présence à ce qu’ils font.
Les élèves pratiquent souvent à deux, ce qui leur permet de leur redonner confiance en les responsabilisant, en leur donnant l’occasion de prendre conscience de leurs capacités à pouvoir aider l’autre, à apprendre à gérer leurs forces, à équilibrer leurs énergies, à sentir ce qui est juste pour eux et pour l’autre. Ils deviennent à la fois élèves et « professeurs ».
Ils se surprennent à savoir faire, à imaginer, à sentir, à percevoir…
A Être tout simplement…
Il nous arrive aussi de chanter des mantras ! Ils découvrent leur voix et se révèlent à eux-mêmes.

Nous vivons des moments fabuleux !

Que manque-t-il selon toi en France aujourd’hui pour essaimer un réel yoga « adapté » au handicap ?

Il manque l’envie et la confiance du système médical, de l’équipe des thérapeutes et des responsables des centres d’handicapés.

Je donne des cours dans un centre spécialisé où sont mes neveux depuis maintenant trois ans. J’ai demandé plusieurs fois à l’équipe pédagogique s’ils pouvaient intégrer cette discipline comme ils intègrent l’équitation, la zumba, le ping pong ou je ne sais quelle autre activité, mais l’équipe pédagogique n’y croit pas ou peu… En tout cas, j’ai de la chance car le centre me prête une salle et j’ai eu l’autorisation que 3 résidents se joignent au cours bénévolement. Ce sont eux qui ont réclamé ! car ils me voyaient arriver chaque mardi avec mon tapis et se demandaient ce que je faisais. Un jour, une éducatrice était persuadée des bienfaits que le yoga pourrait avoir sur un résident qui avait de gros problèmes respiratoires et de nombreuses angoisses, c’est elle qui a convaincu le directeur pour que Simon intègre le cours, je n’oublierai jamais son sourire !

Cours de yoga au centre pour handicapés mentaux
Cours de yoga au centre pour handicapés mentaux

Mes élèves sont mes meilleurs ambassadeurs. C’est eux qui m’aideront à développer le yoga au plus grand nombre. Je les en remercie ! Ce qui est génial, c’est que l’envie vient des résidents. Vous savez c’est une histoire de rencontre, une histoire de reconnaissance de la personne, une histoire de cœur. Mon souhait serait de construire un projet autour des bienfaits du yoga en lien avec l’équipe médical et pédagogique pour approfondir, étudier, analyser, travailler main dans la main autour d’un projet commun. Je suis convaincue que cela permettrait de réduire le stress de la vie en communauté, les petits tracas du quotidien, la prise d’anti dépresseurs, et de les aider à améliorer leur sommeil, à leur faire prendre conscience qu’ils ont un corps, à délier leur corps et par-dessus tout de leur faire prendre conscience qu’ils respirent ! J’ai cherché sur internet mais je ne connais pas d’associations qui pratiquent le yoga pour les handicapés mentaux ou peut-être n’ai-je pas trouvé l’information…. Je suis ouverte à toute proposition. D’où ma devise :

« Il n’y a pas un yoga pour tous mais un yoga pour chacun ».

Cours de yoga au centre pour handicapés mentaux
Cours de yoga au centre pour handicapés mentaux

Peux-tu nous parler de ta pratique personnelle ? A quoi ressemble ta pratique dans la vie de tous les jours (types de yoga, où et quand tu pratiques, etc.) ?

Je pratique presque tous les jours le Hatha Yoga chez moi dans mon petit espace que je me suis créée, face au jardin, à la nature. Je pratique tôt le matin vers 6h30, c’est magique car le soleil se lève et c’est un moment qui me met en Vie (Envie 😉 Depuis mon voyage en Inde je chante aussi un mantra : Le Om Shanti..(La prière de la Paix ) et la journée peut commencer…

Olivia sur les hauteurs de Lonavla en Inde

Quel est ton plus beau souvenir lié au yoga ?

J’en ai des tas ! La première fois que j’ai pratiqué le yoga : Dans la posture de Tadasana, mon professeur m’a dit « Tiens-toi droit et Sourie »…(Phrase de Lanza des Vasto)… Quelque chose s’est passé. Le sourire intérieur, le sourire extérieur, le contentement (Samtosha) à ce qui EST. Lorsque j’ai pratiqué le yoga en Inde, dans ce pays à la fois surprenant et bousculant, j’étais sur les hauteurs de Lonavla et je me suis mise en posture de médiation…Le calme intérieur au cœur du tumulte. Dans la posture de Paschimottasana, l’aisance et la fermeté dans la posture (Sthira Sukham). Dans la posture de la demi lune debout, l’ouverture à ses fragilités, prêter le flanc, faire entrer la lumière dans les zones d’ombres du corps… S’ouvrir à l’inconnu du Souffle… Et tant d’autres…à chaque séance, j’ai un souvenir…

Quels sont tes prochains projets (lectures, voyages, retraites, formations, stages, blogs, etc.) ?

Je compte mettre en place un projet de « Yoga Solidaire ». J’ai commencé dans une bouquinerie à Villeneuve d’Ascq. Je propose une séance et au lieu de payer le cours, les pratiquants viennent avec des livres qui seront triés par des personnes en réinsertion.Se faire du bien tout en faisant du bien !

yoga solidaire
Yoga solidaire dans une bouquinerie

Cet été je pars faire un stage « Yoga et randonnées dans le Vercors » avec Jeannot Margier qui a initialisé une méthode de yoga sur chaise que j’ai suivi en septembre 2016. Depuis, je donne des cours en maison de retraite : c’est fabuleux aussi ce qu’il se passe, je suis surprise à chaque fin de séance de sentir l’énergie du groupe. Les résidents me disent qu’ils se sentent plus en VIE ! Enfin, J’organise le 18 juin dans un parc de la région d’Estaimpuis (Tournai-Belgique) une séance de « Yoga pour Tous », à l’occasion de la journée mondiale du yoga instauré par Narendra modi. C’est une première ! et je viens d’avoir l’autorisation du bourgmestre. Je suis si heureuse de pouvoir mettre ma petite contribution à une grande cause !

stage yoga et aromathérapie
Stage yoga et aromathérapie

 

Le mot de la fin : pour quelles raisons aimerais-tu dire « merci yoga » ?

Pour terminer, je dis MERCI Yoga ! car grâce au yoga, j’ai pu me rencontrer, et ainsi je pourrais peut être aider mes élèves à se rencontrer… En tout cas, merci à eux ! Merci à la Vie ! Merci Yoga !

 

Retrouvez Olivia et son association en ligne :

Site web de l’association d’Olivia « Satya, une rencontre avec le yoga »

Sa page Facebook

 

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *